Afficher le menu Masquer le menu

Mobilité écologique : les futurs maires s’engagent

2 avril 2014

Logo Club des voitures écologiques
Le Club des Voitures Ecologiques a profité des dernières élections municipales pour demander aux candidats de se prononcer en faveur d’une « mobilité moins polluante et plus écologique ». Une centaine d’entre eux ont signé une Charte s’engageant à appliquer dans leur circonscription – s’ils sont élus – au moins 5 des 9 engagements proposés par le Club. Parmi ces engagements, deux propositions concernent directement les véhicules roulant au bioéthanol : le renouvellement du parc automobile municipal et la mise en place du disque de stationnement vert.

 

Le Club des Voitures Ecologiques (CVE) propose depuis plusieurs années aux élus locaux un certain nombre d’outils et d’initiatives concrètes afin de développer une mobilité plus respectueuse de l’environnement et de la santé publique (1). Il a profité des dernières élections municipales pour solliciter les candidats des communes plus de 20 000 habitants, soit 900 au total. « Les élus peuvent être des acteurs clés de cette mutation nécessaire au travers de deux leviers très importants sur le territoire local : l’achat des véhicules municipaux d’une part, les questions liées au stationnement d’autre part », explique Marc Teyssier d’Orfeuil, Délégué général du CVE.

 

Pratiquer une discrimination positive

 

Parmi les 9 propositions que contenues dans la Charte, il est notamment demandé aux candidats de s’engager à renouveler la flotte des véhicules municipaux en achetant des véhicules plus écologiques et de montrer ainsi l’exemple. Les futurs maires gèreront aussi le stationnement dans leurs villes. Il devront pratiquer une discrimination positive en réservant aux véhicules les plus vertueux – qu’ils soient électriques, hybrides, GPL, gaz GNV ou bioéthanol E85 – des places moins chères dans les parkings. « Les maires nouvellement élus devront également mettre en place le disque vert qui offre 1h30 de stationnement gratuit aux véhicules écologiques à l’instar d’une dizaine de villes en France qui l’ont déjà adopté (2). Ces mesures et les économies qu’elles engendrent au quotidien devraient inciter les citoyens à acheter des véhicules propres », précise Marc Teyssier d’Orfeuil.

 

Une centaine de candidats ont signé la Charte du Club des Voitures Ecologiques et, parmi eux, celles et ceux d’Aurillac, de Montreuil mais aussi de Paris. Un programme ambitieux et réaliste à la fois que le Club aura à cœur de faire respecter par les candidats une fois élus.

 

(1) Le Club des Voitures Ecologiques vise à valoriser depuis 2007 les voitures écologiques auprès des pouvoirs publics et fait des propositions concrètes afin d’encourager leur utilisation. Très ouvert en matière de technologies et de carburants, il s’intéresse aux GPL, GNV, Ethanol E85, ainsi qu’aux voitures électriques, hybrides.

(2) Bordeaux, Alès, Puteaux, Creil, Tassin-la-Demi-Lune, Orléans, Avignon, Chamalières, Caen…

Lire les articles précédents :
SIA 2014 : un public réceptif aux atouts du bioéthanol

L’édition 2014 du Salon International de l’Agriculture (SIA) a connu un nouveau record de fréquentation avec près de 703 000...

Fermer