Afficher le menu Masquer le menu
Close
Newsletter Recherche

Le potentiel agricole

En tant que première puissance agricole de la communauté européenne, la France est particulièrement concernée par le développement d’une filière bioéthanol compétitive. Ses surfaces agricoles disponibles permettent notamment de répondre aux besoins énergétiques de la France sans impact sur la fonction première de son agriculture qui reste l’alimentation.L’implication de 50 000 agriculteurs français, betteraviers et céréaliers, garantit en outre que le bioéthanol français est issu de productions respectueuses de l’environnement.

 

Surfaces agricoles consacrées à la production de bioethanol (ha)diagramme3-01

Au total en 2013, moins de 3% des surfaces actuellement cultivées en céréales et en betterave seront nécessaires.

 

La culture de la betterave à sucre alimentaire est encadrée par des quotas, ce qui signifie que les quotas de production à usage alimentaire doivent être atteints pour mettre en œuvre toute autre production (hors quota). De surcroît, la mise en œuvre du nouveau règlement Sucre initié en 2006 a abouti à une baisse volontaire des surfaces de betteraves à usage alimentaire. À l’échelle tant européenne que française, malgré le développement de surfaces de betteraves éthanol, les surfaces totales consacrées à cette culture vont stagner ou diminuer.

Un développement compatible avec les débouchés alimentaires

 

  • Il n’existe pas en Europe et en France de conflit entre la production de cultures à usage alimentaire et celles destinées au développement du bioéthanol qui restera un débouché complémentaire pour l’agriculture. Concernant les céréales, le débouché bioéthanol reste minoritaire en France : moins de 2 millions de tonnes de céréales en 2010 à comparer avec les 63 millions de tonnes produites destinées majoritairement à l’alimentation humaine et animale.
  • Ainsi, comme le stipulait une étude FranceAgrimer 2007, l’objectif national visant à incorporer 7 % de bioéthanol dans l’essence en 2010 nécessite seulement 2,5 % des surfaces céréalières françaises et 15 % de celles de betteraves. Ce qui représente moins de 300 000 hectares sur un total de plus de 9 millions d’hectares consacrés en France à ces cultures.
  • La Commission européenne a également publié une étude (« Le boom des biocarburants : implications pour l’industrie automobile, l’agriculture et l’énergie ». Juillet 2007, Global insight) qui indique que l’incorporation, à l’horizon 2020, de 10 % de biocarburant dans les carburants ne mobiliserait que 15 % des surfaces agricoles européennes. Cela, grâce notamment aux progrès agronomiques continus et au développement de nouvelles technologies industrielles dites de seconde génération à l’horizon 2015.

 

ECLAIRAGE

Le bioéthanol : 1ère et 2ème génération

En Europe, le bioéthanol de première génération est produit à partir de betteraves ou de céréales (blé,maïs…). Il est produit au Brésil à partir de canne à sucre et à partir de maïs aux Etats-Unis. Cette 1ère génération est encore en évolution, grâce à l’amélioration quotidienne des processus de production qui permet d’atteindre des gains significatifs en termes d’efficacité énergétique.

L’intérêt économique et environnemental du bioéthanol de première génération dynamise fortement la recherche dans ce secteur, sur les biocarburants dits de « seconde génération ». Ce terme définit tous les produits issus de la biomasse lignocellulosique qui peuvent être utilisés comme combustibles liquides.

Le bioéthanol de seconde génération pourra être obtenu à partir d’une grande diversité de matières végétales (bois et résidus forestiers ou agricoles, pailles, betterave entière…). Il fait l’objet de nombreux travaux de recherche à travers le monde et le bioéthanol de seconde génération devrait devenir une réalité économique et industrielle à échelle significative d’ici 2015-2020. Il sera alors un complément au bioéthanol de première génération puisque les objectifs d’incorporation fixés par l’Union européenne ne pourront être atteints sans son apport.

 

 

EN CHIFFRES

8 900 emplois

en 2010 dont 4 500 directs, 1 500 indirects et 2 900 induits (emplois créés grâce aux dépenses des emplois directs et indirects). D’après l’étude PwC sur les impacts socio-économiques de la filière bioéthanol en France publiée en Avril 2013.

> Voir l’étude PWC

 

Des coproduits pour l’alimentation animale

 

  • Lors du processus de production de bioéthanol seuls les sucres simples des grains de céréales sont utilisés dans le processus de fabrication de l’alcool éthanol. Les autres composants – protéines, amidon, matières grasses, minéraux – se retrouvent donc dans la drèche ou dans les pulpes, coproduits destinés à l’alimentation animale. Du fait de leur composition et de leur teneur en protéines, les drèches peuvent remplacer une partie du tourteau de soja, du blé ou du maïs actuellement utilisé pour l’alimentation animale.
  • Pour le bioéthanol issu de betteraves, un hectare permet de produire près de 90 tonnes de betteraves qui donnent, une fois transformées, 90 hectolitres de bioéthanol et 4,5 tonnes de pulpes déshydratées, soit l’équivalent nutritionnel d’un demi-hectare de céréales.
  • Pour le bioéthanol issu de céréales, un hectare permet de produire 8 tonnes de céréales, qui donnent, une fois transformées, 30 hectolitres d’éthanol et 2,8 tonnes de drèches, soit l’équivalent protéique d’un tiers d’hectare cultivé en céréales.