Afficher le menu Masquer le menu

SP95-E10/moteur essence : une compatibilité qui roule !

22 juillet 2011

 

SP95-E10-moteur-essence-une-compatibilite-qui-roule-!

Sur la route des vacances, les automobilistes au volant d’une voiture essence ne manqueront pas de faire étape dans des stations-service équipées de pompes SP95-E10. Certains se demanderont alors si leur véhicule est bien compatible avec ce carburant. Pour la quasi totalité des voitures mises en circulation après 2000, et même antérieurement pour certains modèles, la réponse est « oui » ! Mais au fait, pourquoi et comment ? Explications.

 

 

Comme tous les automobilistes ont pu le constater, les stations-service proposent une gamme de plus en plus étendue de carburants, pour les moteurs essence comme pour les diesels. Lancé en avril 2009, le SP95-E10 s’impose progressivement dans les stations, à côté du SP95 ou du SP98. Enfin, ce nouveau carburant sans plomb peut contenir jusqu’à 10 % d’éthanol (contre 5 % dans le SP95), d’où l’appellation « E10 ».

Le bioéthanol est l’alcool éthylique destiné à la carburation des moteurs à essence. C’est une énergie renouvelable fabriquée en France à partir de betteraves et de céréales. Son utilisation réduit les émissions de gaz à effet de serre de plus de 50 % par rapport à l’essence ordinaire. Plus écologique, il est aussi légèrement moins cher, avec des écarts allant jusqu’à 4 centimes par rapport au SP95.
Si votre voiture fait partie de celles qui acceptent le SP95-E10, ce qui est le cas pour la plupart des modèles actuellement en circulation (voir ci-contre), utiliser ce carburant n’aura aucune conséquence ni sur le fonctionnement du moteur ni sur ses performances… bien au contraire !

 

Une meilleure combustion avec le bioéthanol

Le principe fondamental d’un moteur est de transformer l’énergie chimique inerte contenue dans les molécules d’essence ou de bioéthanol en une énergie mécanique. Cette transformation se déroule entre quatre phases bien précises (voir ci-dessous), qui donnent leur nom au moteur dit « à quatre temps ».

Le fonctionnement d’un moteur essence est strictement le même que l’on utilise du SP95 ou du SP95-E10, et il peut même être amélioré avec le SP95-E10. En effet, si la combustion se fait à l’identique, l’éthanol, parce qu’il possède une chaleur latente de vaporisation nettement supérieure à celle de l’essence, permet de maintenir une température relativement basse dans le moteur et de réduire très sensiblement l’effet de « cliquetis ». Ainsi, le bioéthanol contenu dans l’essence optimise la combustion et le rendement moteur de la voiture.

 

La très légère surconsommation imputée à l’éthanol est liée à son pouvoir calorifique inférieur à celui de l’essence (26,8 MJ/kg contre 42,9 MJ/kg). Mais cette surconsommation, de l’ordre de 1,7 % pour le SP95-E10, est quasiment imperceptible pour l’automobiliste : elle représente moins que la surconsommation due à un filtre à air encrassé (+ 3 %) ou à des pneus sous gonflés (+ 2,4 %) et nettement moins que la surconsommation due à une conduite brusque (+20 %).

 

Pourquoi la plupart des voitures sont compatibles SP95-E10

Ce qui déterminera, ou non, la compatibilité du véhicule (voiture ou moto) réside principalement dans les matériaux des joints (élastomères) et tuyaux par où transite le carburant. Or, depuis plus de dix ans, les constructeurs ont considérablement optimisé les matériaux de ces joints, ce qui rend la quasi totalité de l’actuel parc automobile « essence » compatible au SP95-E10.

À de rares exceptions près, toutes les voitures mises en circulation après 2000 peuvent donc rouler au SP95-E10. Cela représente plus de 9 millions de véhicules ou encore 70 % du parc essence. Les caractéristiques principales du SP95-E10, à l’exception de sa teneur en éthanol, sont identiques à celles du SP95 : c’est pourquoi le SP95-E10 sera le carburant de référence en Europe à l’horizon 2013. En outre, les Pouvoirs publics ont confirmé la compatibilité de la quasi totalité des véhicules mis en circulation après 2000, ainsi que celle de très nombreux véhicules – voitures et motos – commercialisés avant 2000.

Largement disponible, le SP95-E10 est d’ores et déjà distribué dans près de 3 000 stations-service réparties uniformément sur l’ensemble du territoire français. On le trouve aussi de plus en plus couramment chez nos proches voisins européens. Alors, cet été, n’hésitez plus à vous offrir le plaisir de rouler plus propre en faisant le plein de SP95-E10. Et bonne route à tous !

 

Votre voiture peut-elle utiliser du SP95-E10 ?

La liste des véhicules compatibles avec le SP95-E10 a fait l’objet d’un décret spécifique, publié le 19 octobre 2011 au Journal Officiel. Il existe sur Internet un outil permettant à chacun de vérifier si son véhicule est bien compatible. Pratique, il vous suffit d’entrer la marque de votre voiture, française ou étrangère (de A comme Alfa Roméo à V comme Volvo en passant par R comme Renault). Tous les modèles et millésimes y sont listés de façon exhaustive et très détaillée. La réponse à votre question est immédiate. Sauf exception, cette consultation confirmera que vous pourrez faire votre plein en SP95-E10 en toute tranquillité.

=> vérifier la compatibilité de mon véhicule

 

6 raisons de faire le plein de SP95-E10

1. Un carburant automobile contenant jusqu’à 10 % d’énergie renouvelable.

2. Une énergie d’origine végétale, produite à partir de betteraves ou de céréales.

3. Une énergie produite en France par une filière non délocalisable et créatrice d’emploi.

4. Un carburant permettant de réduire directement l’utilisation de carburants fossiles.

5. Un carburant contribuant à la lutte contre le réchauffement climatique en délivrant moitié moins de CO2 que l’essence.

6. Un carburant moins cher à la pompe que l’essence.

 

 

Le principe du moteur à explosion

• La première phase est celle de l’admission : un mélange d’air et de carburant est aspiré dans le cylindre par la pipe d’admission, à une pression de 50 à 120 bars.
• Cette phase est suivie par la compression : après aspiration, la soupape d’admission se referme et emprisonne le mélange carburant-air dans la chambre de combustion où il est comprimé par un piston.
• Vient ensuite la phase d’explosion et détente, qui donne son nom au moteur à explosion. Lorsque la compression est au maximum, une étincelle, produite par la bougie, déclenche la combustion, ou explosion, qui délivre l’énergie du moteur : le piston est alors repoussé, entraînant la rotation du vilebrequin par l’intermédiaire d’un jeu de bielles.
• Enfin, c’est l’échappement. Le piston remonte à nouveau et évacue les gaz brûlés par la pipe d’échappement, libérant la place pour un nouveau mélange carburant-air.